Les apiculteurs s’inquiètent des résidus



  

Les produits de la ruche doivent être irréprochables. À la suite de l’Assemblée générale de la Fédération d’apiculture du canton du Jura (FACJ), le 26 janvier, une septantaine de membres ont suivi la présentation de Sonia Burri-Schmassmann, présidente de la SAR et d’apisuisse, sur les résidus dans la cire. La conférence a notamment porté sur des produits problématiques de traitement contre le varroa, à l’image du Checkmite à base de coumaphos, dont les effets néfastes sur le couvain, entre autres, sont avérés. Les traces d’amitraze relevées dans les cires et le miel ont aussi fait l’objet d’une information. Les apiculteurs ont montré un vif intérêt à ces thématiques et posé beaucoup de questions sur la qualité des cires du commerce et le moyen de garder sa cire et son miel sains. Il en ressort que la meilleure garantie pour des produits de la ruche exempts de ces substances est que l’apiculteur se conforme à l’utilisation des médicaments vétérinaires telle que recommandée par le Servie sanitaire apicole et ait son propre cycle de cire.